www.gedel.org
 
Vign_eugenie_brouillet
Eugénie BROUILLET

La professeure Brouillet s'intéresse aux effets centralisateurs et intégrateurs découlant du constitutionnalisme en matière de droits et libertés de la personne dans une perspective comparée (notamment au cas canadien avec la Charte canadienne des droits et libertés de la personne et au cas de l’Union européenne avec la Convention européenne des droits de l’Homme). Ses travaux explorent également les relations entre le fédéralisme, comme dispositif majoritaire, et la protection des droits et libertés de la personne, comme dispositif anti-majoritaire, et la façon de concilier ces deux principes fondamentaux en régime fédératif démocratique. Les travaux de cette constitutionnaliste ont également porté sur certaines questions relatives à la liberté d’expression et à la liberté de religion de même que, plus récemment, sur le droit à l’information en matière politique. Au cours des prochaines années, la professeure Brouillet s'intéressera, en collaboration avec le professeur Louis-Philippe Lampron, à la question de la hiérarchisation matérielle des droits et libertés fondamentaux de nature constitutionnelle.
 
Vign_O_Delas
Olivier DELAS

Dans le cadre de ses activités scientifiques, le professeur Delas s’intéresse particulièrement aux questions de droit international des droits de la personne, de droit international pénal et humanitaire, ainsi qu’aux enjeux et conséquences de l’intégration régionale et de la mondialisation. Au cours des dernières années, il a notamment travaillé sur les mesures d’éloignement des étrangers, sur la remise en cause de la prohibition de la torture et sur les compagnies militaires privées.




 
Vign_julie_desrosiers
Julie DESROSIERS

La professeure Desrosiers s’intéresse à la privation de liberté et aux différents droits qui en découlent, que ce soit dans le contexte criminel ou administratif. Elle a développé une très bonne connaissance des principes de justice fondamentale et des droits judiciaires consacrés par la Charte canadienne des droits et libertés. Ses travaux l’ont également menée à une étude approfondie des droits des enfants et des adolescents, tant au niveau national qu’international. Plus récemment, la professeure Desrosiers s'est intéressée aux droits des femmes dans le contexte criminel (impact du droit à l'égalité sur la tenue d'un procès pour agression sexuelle, par exemple).
 
Vign_Grignon
Julia GRIGNON

La professeure Grignon s’intéresse à tous les domaines du droit international qui touchent à la protection de la personne. Elle est spécialisée en droit international humanitaire, qui est son champ de recherche privilégié depuis plus de 10 ans. Elle a récemment publiée aux éditions Schulthess sa thèse de doctorat sur l’applicabilité temporelle du droit international humanitaire dans laquelle elle analyse de façon détaillée les phénomènes déclenchant l’applicabilité du droit international humanitaire comme ceux qui sont supposés y mettre fin, et les conséquences que cela engendre pour les personnes affectées par les conflits armés. Julia Grignon est co-directrice de la Clinique de droit international pénal et humanitaire. Elle a co-fondé et co-dirige le Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen Orient (CIRAM),

 
Vign_fannie_lafontaine
Fannie LAFONTAINE

Les champs d’intérêts de la professeure Lafontaine se trouvent tant en droit international qu’en droit canadien des droits de la personne, ainsi que dans ce qui les recoupe. Actuellement, elle s'intéresse particulièrement aux questions touchant le droit international pénal, qui criminalise les graves violations du droit international des droits de l’homme, et le droit international humanitaire. La recherche qu'elle effectue dans ces deux domaines traite également de la criminalisation, en droit canadien, de violations du droit international. Par ailleurs, la professeure Lafontaine s’intéresse également 1) à l’impact du droit international sur l’interprétation de la Charte canadienne et sur les obligations internationales du Canada en matière de droits humains de même que, 2) aux droits et libertés protégés par les Chartes en vigueur au Canada, dont principalement les droits pertinents en matière pénale (ex. les art. 7 à 14 de la Charte canadienne).
 
Vign_louise_langevin
Louise LANGEVIN

Les droits fondamentaux ne peuvent se définir sans tenir compte des réalités des femmes. La réflexion de la professeure Langevin se situe dans un cadre théorique féministe, c'est-à-dire un cadre qui tient compte des rapports sociaux de sexe et de leurs effets sur les femmes, de la relation de subordination entre les hommes et les femmes et des multiples formes de discrimination dont sont victimes les femmes. La professeure Langevin tente de déconstruire le concept d’égalité pour le reconstruire en tenant compte des besoins des femmes. La critique féministe du droit vise à utiliser le droit comme un outil de changement social. Les femmes doivent investir le droit qui est un lieu de pouvoir.
 
Vign_MRP7835
Louis-Philippe LAMPRON

Le professeur Lampron s'intéresse à la question des droits et libertés fondamentaux de la personne au sens large, tant au niveau interne (droit canadien) qu’international (droit comparé, droit international). Au cours des dernières années, il a développé une expertise particulière sur les problématiques liées à la hiérarchisation des droits fondamentaux de même que sur les enjeux juridiques de la diversité culturelle et religieuse au sein des États occidentaux. Auteur de plusieurs textes sur la portée de la liberté de conscience et celle du principe de neutralité religieuse de l'État, le professeur Lampron est également membre du Centre interdisciplinaire sur la Diversité (CRIDAQ). 
 
Vign_genevieve_motard
Geneviève MOTARD

Les travaux de recherche de la professeure Motard se rapportent aux droits des peuples autochtones. Elle s'intéresse plus particulièrement au droit à l'autodétermination de ces peuples et à la réforme de leurs institutions ainsi qu'aux droits ancestraux et issus de traités. À cet égard, l'interaction entre les droits fondamentaux des peuples autochtones et la protection des droits et libertés individuels est un enjeu incontournable.
 
Vign_dominc_roux
Dominic ROUX

À titre de professeur en droit du travail et en droit international, le professeur Roux consacre la quasi-totalité de son enseignement et de sa recherche aux droits humains fondamentaux. Les problématiques juridiques liées à cette question font maintenant partie intégrante du droit du travail, notamment en raison de la prééminence des chartes des droits et libertés dans le domaine du travail et de l'emploi. Par ailleurs, les droits fondamentaux au travail sont consacrés dans les traités internationaux relatifs aux droits humains les plus importants; ceux de l'OIT, évidemment, mais également ceux adoptés par l'ONU, le Conseil de l'Europe et l'OÉA (pour ne nommer qu'eux). Le professeur Roux s'intéresse également à l'interface entre la justice sociale, les droits fondamentaux au travail et le développement durable; il en est de même de la question de ces droits au sein des accords commerciaux de libre-échange.
 
Vign_melanie_samson
Mélanie SAMSON

Les recherches de la professeure Samson portent principalement sur les interactions des Chartes des droits et libertés de la personne avec les autres composantes de l’ordre juridique canadien. Elle s’intéresse tout particulièrement à la relation entre la Charte des droits et libertés de la personne et le Code civil du Québec. La professeure Samson effectue également des recherches sur les différents procédés auxquels les tribunaux ont recours dans l’interprétation des lois constitutionnelles et quasi constitutionnelles de protection des droits de la personne.
 
Vign_patrick_taillon
Patrick TAILLON

Spécialiste de l’organisation et de la limitation du pouvoir étatique, le professeur Taillon s’intéresse aux droits et libertés de la personne sous plusieurs aspects. D’abord, les questions relatives à la définition et à l’exercice des droits politiques au Québec, au Canada et à l’étranger (droit de vote, de pétition, d’initiative populaire, etc.) ont jusqu’ici beaucoup retenu son attention. Ensuite, plusieurs aspects de la théorie générale des droits fondamentaux analysés à titre accessoire dans le cadre de ses travaux seront davantage développés dans ses recherches futures, notamment l’interaction entre le pouvoir judiciaire et les autorités représentatives dans la définition des droits, la légitimité des contrôles de conformité aux instruments de protection des droits et libertés et la question des limites supraconstitutionnelles à l’exercice du pouvoir constituant formulées au nom de la protection des droits fondamentaux.
 
Vign_Vezina
Christine VÉZINA

Dans le cadre de ses activités scientifiques, la professeure Vézina s’intéresse à la problématique de la mise en œuvre des droits économiques et sociaux et plus particulièrement du droit à la santé, aux rapports entre ces droits et les pratiques des acteurs non gouvernementaux et aux phénomènes de mobilisation sociale du droit par les mouvements sociaux.  Au courant des prochaines années, les travaux de la professeure Vézina viseront à contribuer à l’émergence d’une sociologie des droits de la personne, destinée à mieux saisir la vie empirique de ces droits chez les personnes marginalisées, telles les travailleuses(rs) du sexe, les personnes qui utilisent des drogues injectables et les personnes vivant avec le VIH.    
 
Vign_fac_de_droit
© GEDEL, 2011
Créer un site avec WebSelf